CODES95, Education Santé Val d'Oise
CODES95, Education Santé Val d'Oise
agrandir le texte initialiser diminuer le texte initialiser initialiser
Recherche avancée
Recherche

Un exemple de travail du relais autour de la thématique des dépistages des cancers ( 06/09/2010 )

Le CODES a mis en place un programme de sensibilisation des femmes aux dépistages des cancers du sein, du col de l'utérus et du colon en 2009/2010. Il visait à expérimenter la démarche de relais dont nous présentons ici les principaux résultats.

Le programme du CODES a été conçu, de façon complémentaire à l’association Prévention et Santé en Val d’Oise et au comité départemental de la Ligue contre le cancer, qui intervenaient déjà dans le département, en informant les populations à l’écart des dépistages et en favorisant le relais d’information dans leur entourage.

 

Un cadre d’intervention commun
L’atelier santé des femmes comprend quatre séances, d’une durée de deux heures. La première et la dernière séance sont animées par le CODES. Elles ont pour objectifs pour la première, de mettre en évidence les représentations du public sur la santé des femmes, la maladie et le cancer et pour la dernière, de faire le point sur les connaissances acquises et d’organiser la conférence. Les séances deux et trois ont été animées par une infirmière de la Ligue contre le cancer et ont concerné la prévention et le dépistage des trois cancers. L’association PSVO est intervenue lors de la conférence organisée entre deux et quatre semaines après l’atelier et qui traite des dépistages organisés des cancers du sein et du colon.
Lors de l’action trois DVD sont diffusés pour illustrer les propos et/ou susciter des échanges et des supports d’information de l’INCA sont mis à disposition du public qui maitrise la lecture.

 

Principaux partenaires du programme
Le programme a été décliné dans cinq villes en partenariat avec le centre social Empreinte de Goussainville, l’association ABC Formation à Franconville, l’association ESSIVAM à Deuil La Barre, le service santé solidarité de la ville de Cergy et l’atelier santé ville de Villiers le Bel. D’autres structures ont participé à la mobilisation du public (la plateforme alimentaire à Deuil La Barre, la maison de quartier de l’axe majeur horloge et l’AFIFA à Cergy, les maisons de quartier Boris Vian, Camille Claudel et Salvador Allende, l’association Ensemble pour le Développement Humain, l’association AFE et le pôle RSA du CCAS à Villiers le Bel, ).

Evaluation
Cinq ateliers Santé ont mobilisé 80 femmes dont 49 régulièrement. La majorité des femmes touchées par le programme n’étaient pas directement concernées par les dépistages organisés, ayant moins de 50 ans. Cependant, comme elles ont dit accepter le relais, nous estimons que l’objectif de sensibiliser les femmes à l’écart des dépistages est atteint.
Quatre conférences ont mobilisé 143 personnes, dont 111 nouvelles femmes. Elles ont bien touché une majorité de femmes qui n’avaient pas participé à l’atelier Santé des femmes, comme c’était prévu initialement.
La grande majorité des femmes concernées par le programme avaient moins de 50 ans et n’étaient pas concernées directement par les dépistages organisés. C’est donc la fonction de relais qui a été sollicitée lors des interventions auprès de ces femmes.
Nous avons constaté un grand intérêt des femmes pour l’action qui anticipaient très souvent les questions sur les points que l’intervenante de la ligue contre le cancer avait prévu d’aborder. L’expression des femmes lors des séances et le dépouillement des questionnaires montrent que les personnes ayant participé à l’atelier Santé des femmes apprécient d’avoir été informées et ont le sentiment d’avoir appris beaucoup de choses. D’après plusieurs professionnels, les femmes se sont senties valorisées par le fait d’avoir été amenées à traduire l’information lors de la conférence. Lors du bilan qu’elles ont mené en fin d’année sur l’ensemble des activités réalisées, les femmes ont cité l’action menée avec le CODES.
Au total, 41 professionnels ont été mobilisés sur le programme en plus des 3 intervenants. En participant à l’action, quinze professionnels ont été informés : 7 sur la prévention et le dépistage des trois cancers, 6 professionnels et 2 élues sur les dépistages organisés.

Conclusion
Ce programme montre qu’il est possible de monter une action d’éducation pour la santé, adaptée à un public ne maîtrisant pas bien le français et qu’il est possible de travailler le relais si celui-ci regroupe le public et les professionnels
. En effet, la capacité du public à relayer seul l’information dans l’entourage semble relativement faible. Mais, soutenus par les professionnels qu’ils rencontrent dans l’activité qu’ils fréquentent, ils sont en mesure d’inviter d’autres groupes existant au sein de la structure et de relayer l’information en la traduisant lors d’une conférence conçue sur ce principe.

Le travail de relais se retrouve donc au niveau de :
1. la mobilisation de nouveaux partenaires par un professionnel dont c’est le rôle (chef de projet politique de la ville, coordonnateur d’un atelier santé ville) ou qui est soutenu par sa direction (formateur de cours linguistiques, animatrice famille) ;
2. la mobilisation d’un nouveau public par les professionnels et le public ;
3. la traduction des informations données par des experts à des pairs maitrisant peu ou pas le français et il relève essentiellement du public ayant participé à l’atelier Santé des femmes ;
4. l’information du public bénéficiaire de l’action aux hommes et femmes concernés par les dépistages dans son entourage.

Perspectives
Le programme du CODES ayant été reconduit, nous avons procédé à son réajustement.
Une séance sera ajouté à l’atelier Santé des femmes, afin que l’association IPC présente les examens périodiques de santé, et la possibilité pour les femmes qui n’ont pas fait un frottis depuis au moins trois ans de le réaliser. La seconde partie de la séance sera consacrée à un bilan oral de l’action.
Le CODES participera aussi à la sensibilisation des professionnels réalisée par l’association PSVO.
Enfin, le CODES et PSVO participeront au remaniement et au testing des diaporamas créés et utilisés par l’intervenante de la Ligue contre le cancer, dans un but de diffusion aux autres comités d’Ile de France.

Pour recevoir le bilan synthétique ou le bilan complet, contactez Patricia JEAN, chargée de projet, au 01 34 25 14 47, ou envoyez un e-mail.


 | 
 |