CODES95, Education Santé Val d'Oise
CODES95, Education Santé Val d'Oise
agrandir le texte initialiser diminuer le texte initialiser initialiser
Recherche avancée
Recherche

Le dépistage du cancer colorectal

Dès 1991, la Caisse primaire d'assurance maladie, le Conseil général et les médecins radiologues libéraux, réunis au sein de l'association Prévention et Santé en Val d'Oise (PSVO) ont mis en place le dépistage organisé du cancer du sein. Un dépistage auquel ont participé près de 57% des Valdoisiennes de 50 à 74 ans en 2007. Aujourd'hui, le PSVO élargit son champ d'action en s'investissant dans le dépistage organisé du cancer colorectal.

Avec plus de 37 000 nouveaux cas par an, le cancer colorectal reste le 3ème cancer en terme d'incidence (après les cancers de la prostate et du sein).Malgré la baisse des taux de mortalité depuis 1980, le cancer colorectal, avec près de 17 000 décès annuels, représente également la deuxième cause de décès par cancer après celui du poumon.

Pourtant le dépistage permet aujourd'hui de détecter tôt ce cancer et donc de lutter plus eficacement contre lui.Aussi, le ministère de la Santé a mis en place un programme de dépistage organisé du cancer colorectal pour les hommes et femmes âgés de 50 à 74 ans.

Désormais, tous les Valdoisiens de 50 à 74 ans sont invités, tous les 2 ans, à consulter leur médecin traitant. Celui-ci,après avoir évalué leur état de santé, leur remettra un test s'il les juge éligibles au dépistage. Cette année, 107 000 Valdoisiens sont concernés par ce dépistage.

Le test,appelé Hémoccult, permet de détecter la présence de sang invisible à l'oeil nu dans les selles. En pratique, il s'agit de prélever sur trois selles consécutives un petit fragment qu'il faut déposer sur une plaquette et ensuite adresser dans une enveloppe pré affranchie à un centre d'analyses spécialisé. Les résultats seront adressés en retour au patient et à son médecin.

Si le test est négatif le patient sera invité à le renouveler au bout de 2 ans. Dans le cas contraire, il sera réorienté vers un gastroentérologue qui lui conseillera de faire une coloscopie afin de détecter d'éventuelles anomalies du colon ou du rectum.

Cet examen est pris en charge à 100% par l'assurance maladie. Appliqué à une large partie de la population, il permettrait de diminuer de 20 % la mortalité par cancer colorectal. Forte de son expérience en matière de dépistage des cancers, PSVO s'est fixé pour objectif un taux de participation de 40 % dès la première année de campagne.


 | 
 |